ENGAGEMENT SOCIAL

Maxime d’Hondt, chargé accompagnement social, antenne de Villeneuve d’Ascq.

Nous aidons des familles déracinées à se reconstruire

« Nous recevons des familles qui ont vécu des situations humainement catastrophiques. Leur trouver un toit, à l’aide de baux glissants ou associatifs en partenariat avec France Horizon, constitue notre première urgence. Ensuite, vient la décence des logements. Nous sommes particulièrement attentifs à leur qualité et à leur emplacement. Nous nous devons de fournir à ces familles déracinées un cadre serein pour se reconstruire. L’accompagnement des familles sous protection internationale est un enjeu local fort et il répond à un véritable problème de société. Nous sommes fiers de pouvoir contribuer, à notre échelle, à leur accueil. »

Chaque initiative compte pour lutter contre les violences faites aux femmes

« Lutter contre les violences faites aux femmes est une mission qui me tient particulièrement à cœur. C’est une manière de prolonger l’action de bénévolat que j’ai pu mener dans une autre région. Concrètement, à Lyon, cela fait 10 ans que nous travaillons avec l’association VIFFIL, des personnes engagées qui méritent d’être soutenues. En 2018, nous avons permis à une vingtaine de femmes, victimes de violences conjugales, dont une partie est sortie de leur centre d’hébergement et de réinsertion sociale pour aller vers un logement autonome et pérenne. Nous collaborons étroitement avec les mairies d’arrondissement qui connaissent notre action et notre engagement. L’investissement de tous est si essentiel. »

Valerie Guillermin-Dal, responsable antenne Lyon, agence de Lyon.

Valerie Guillermin-Dal, responsable antenne Lyon, agence de Lyon.

Chaque initiative compte pour lutter contre les violences faites aux femmes

« Lutter contre les violences faites aux femmes est une mission qui me tient particulièrement à cœur. C’est une manière de prolonger l’action de bénévolat que j’ai pu mener dans une autre région. Concrètement, à Lyon, cela fait 10 ans que nous travaillons avec l’association VIFFIL, des personnes engagées qui méritent d’être soutenues. En 2018, nous avons permis à une vingtaine de femmes, victimes de violences conjugales, dont une partie est sortie de leur centre d’hébergement et de réinsertion sociale pour aller vers un logement autonome et pérenne. Nous collaborons étroitement avec les mairies d’arrondissement qui connaissent notre action et notre engagement. L’investissement de tous est si essentiel. »

Karine Peschard, gérante de patrimoine, agence de Blois.

Nous avons réenchanté un immeuble vide

« Le projet de graffitis, mené avec la Ville et le centre culturel, a transformé progressivement les lieux et le quartier. Vidé de ses locataires, l’immeuble Branly a été recouvert de dessins. Avec l’aide d’artistes, les enfants de 6 à 18 ans ont pu se familiariser avec l’art du graff’. Une radio locale sur laquelle les anciens locataires ont pu exprimer leurs souvenirs, a été créée. 3F a accompagné ce projet en fournissant l’eau, l’électricité, l’accès. Nous sommes fiers d’avoir contribué à une si belle réussite qui a dépassé les frontières du quartier puisque l’immeuble a été le premier lieu visité de la ville lors des Journées du patrimoine ! »

Penser à celles et ceux qui viendront vivre ici quelques mois

« La métropole Nice Côte d’Azur a lancé un appel à candidatures visant à désigner un opérateur qui proposerait un programme de diversification de l’offre d’habitat au cœur du quartier des Moulins. Notre projet de résidence mobilité, en association avec le gestionnaire Parme, a été retenu. Il compte 150 studios et des espaces collectifs permettant une gestion de type hôtelière. Ce projet met en valeur toute l’étendue de nos compétences pour les jeunes et les actifs saisonniers dans une région niçoise très dynamique.”

Alexandra Celant, cheffe de projet, 3F Résidences.

Alexandra Celant, cheffe de projet, 3F Résidences.

Penser à celles et ceux qui viendront vivre ici quelques mois

« La métropole Nice Côte d’Azur a lancé un appel à candidatures visant à désigner un opérateur qui proposerait un programme de diversification de l’offre d’habitat au cœur du quartier des Moulins. Notre projet de résidence mobilité, en association avec le gestionnaire Parme, a été retenu. Il compte 150 studios et des espaces collectifs permettant une gestion de type hôtelière. Ce projet met en valeur toute l’étendue de nos compétences pour les jeunes et les actifs saisonniers dans une région niçoise très dynamique.”

Martine Delfau, chargée de mission gestion sociale et urbaine, siège 3F.

Donner une nouvelle chance à des jeunes

« 3F et la Protection judiciaire de la Jeunesse sont partenaires pour des mesures de réparation pénale. Résultat : une dizaine de jeunes ayant commis une infraction pénale a déjà été accueillie par les équipes de proximité du 91, toutes volontaires. Ce sont les gardiens et gardiennes qui ont souhaité partager leur quotidien en formant des binômes pendant le temps de la mesure ; trois jours répartis entre tâches d’entretien, suivi technique et échanges avec les locataires. En 2018, l’accord a été étendu à la grande couronne et une diversification des actions pour une meilleure insertion sociale, scolaire et professionnelle. Grâce à ce partenariat, les jeunes voient qu’elles et ils ont une place dans la société. C’est essentiel pour les inciter à prendre un nouveau départ ! »

À la rencontre des locataires en situation de fragilité

« À Paris, nous organisons régulièrement des permanences « Impayés de loyers » au sein de nos résidences. Avec mes collègues en charge de l’accompagnement social, nous allons à la rencontre de locataires qui ont des problèmes pour payer leur loyer. Nous rencontrons en moyenne 5 à 6 personnes à chaque fois. Dans cette démarche, l’écoute est primordiale : nous échangeons sur leur situation familiale, financière, professionnelle, nous cherchons et trouvons ensemble des solutions pour les aider à régler leur dette locative, sans porter de jugements. Notre approche, qui demande une certaine préparation des dossiers en amont des rendez-vous, porte ses fruits, et est plutôt bien perçue sur le terrain. »

Maxime Saade, chargé de recouvrement locatif, agence de Paris 75.

Maxime Saade, chargé de recouvrement locatif, agence de Paris 75.

À la rencontre des locataires en situation de fragilité

« À Paris, nous organisons régulièrement des permanences « Impayés de loyers » au sein de nos résidences. Avec mes collègues en charge de l’accompagnement social, nous allons à la rencontre de locataires qui ont des problèmes pour payer leur loyer. Nous rencontrons en moyenne 5 à 6 personnes à chaque fois. Dans cette démarche, l’écoute est primordiale : nous échangeons sur leur situation familiale, financière, professionnelle, nous cherchons et trouvons ensemble des solutions pour les aider à régler leur dette locative, sans porter de jugements. Notre approche, qui demande une certaine préparation des dossiers en amont des rendez-vous, porte ses fruits, et est plutôt bien perçue sur le terrain. »

Frederic Solana, chef de secteur, agence territoriale ouest de Seine-Saint-Denis.

À la découverte du métier de gardien et gardienne

« Pendant six semaines, en fin d’année, mon équipe, basée à Stains et à Saint-Denis, a accueilli sept stagiaires du « CAP gardien·ne d’immeubles » de l’IMEPP de Pantin. C’est un de nos jeunes locataires qui m’a fait découvrir ce programme de formation, et m’a proposé d’y participer. Chaque gardien et chaque gardienne ont eu en charge de faire découvrir le quotidien de leur résidence, de leur métier et la variété des missions exercées : tâches ménagères, relation clientèle avec la visite de logements, ou encore la signature de baux, réception de nouveaux programmes, réclamations, etc. Je suis très fier que mon équipe se soit investie dans ce projet local pour transmettre son savoir-faire. Nous avons d’ailleurs envie de renouveler l’expérience prochainement, avec l’appui de la DRH. »

Soutenir un quartier tout au long de sa transformation

« Le projet de rénovation urbaine de Lallier-Bicêtre à l’Haÿ-les-Roses prévoit la démolition de 115 logements en 2020 et 2021. Pour assurer une vie de quartier durant ces années de mutation et maîtriser les charges et la maintenance de bâtiments, nous avons mis en place, avec le soutien d’Action Logement, un partenariat entre 3F et Résidétapes, une entreprise associative à but non lucratif. Au fur et à mesure de leur libération, les appartements sont proposés aux salariés en mobilité. Pour l’agence, ce projet innovant permet de sécuriser des logements libérés dans le cadre de l’ANRU tout en offrant de vraies conditions de logements provisoires aux très nombreux salarié.es du Grand Paris. »

Fouad Karouach, responsable habitat, agence du Val-de-Marne d’Immobilière 3F.

Fouad Karouach, responsable habitat, agence du Val-de-Marne d’Immobilière 3F.

Soutenir un quartier tout au long de sa transformation

« Le projet de rénovation urbaine de Lallier-Bicêtre à l’Haÿ-les-Roses prévoit la démolition de 115 logements en 2020 et 2021. Pour assurer une vie de quartier durant ces années de mutation et maîtriser les charges et la maintenance de bâtiments, nous avons mis en place, avec le soutien d’Action Logement, un partenariat entre 3F et Résidétapes, une entreprise associative à but non lucratif. Au fur et à mesure de leur libération, les appartements sont proposés aux salariés en mobilité. Pour l’agence, ce projet innovant permet de sécuriser des logements libérés dans le cadre de l’ANRU tout en offrant de vraies conditions de logements provisoires aux très nombreux salarié.es du Grand Paris. »

Mohamed Riahi, responsable habitat, agence du Val-d’Oise.

Donner confiance à des jeunes

« En 2018, notre partenariat avec l’association Agoie et le service politique de la ville d’Argenteuil a permis à 6 jeunes de 18 à 25 ans de participer à un chantier d’insertion dans le quartier du Val d’Argent Nord. Après une formation dispensée par des professionnels, les jeunes ont repeint les 12 cages d’escaliers de la place Saint-Juste (dalle d’Argenteuil). Ces chantiers offrent de l’espoir à ces jeunes qui sont bien souvent en échec scolaire. Nous leur donnons la possibilité de se former et de reprendre une activité. Pour 3F, le chantier est plus long et plus coûteux mais le travail réalisé a une autre valeur. Quand l’un de ces jeunes accède à un CDI, peut s’offrir des vacances ou le permis de conduire, la satisfaction est immense pour nous. »

DÉCOUVREZ LES INFOX, DÉTOX